Comment retourner la terre et quel outil ou machine utiliser ?

Comment retourner la terre de son jardin facilement et rapidement. Quel outil ou machine utiliser au jardin, au potager ou au champ ?

Pourquoi retourner la terre est devenu une habitude ?

Quel est l’objectif de retourner la terre ? Que ce soit pour le jardinier qui bêche ou pour l’agriculteur qui passe la charrue. L’emploi d’une machine agricole ou d’un outil à plusieurs objectifs.

  • Pour désherber la terre et supprimer les mauvaises herbes qui concurrencent les légumes.
  • Afin d’aérer le sol pour obtenir une terre meuble dans laquelle le tissu racinaire d’une culture va s’étendre facilement.
  • Et remonter les minéraux nutritifs des profondeurs du sol et les mettre à disposition des racines.

Mais la préparation du sol met en profondeur la terre de surface et les matières organiques. Ceci peut s’avérer néfaste à moyen terme avec une diminution du taux de matières organiques (MO) dans le sol. C’est ce que nous allons voir plus bas dans cette page.

Avant, l’autre méthode utilisée pour obtenir ce résultat était le feu. La culture sur brulis permettait aussi de démarrer sur une terre “propre” et enrichie par les éléments nutritifs contenus dans la cendre. Mais cette pratique n’était durable que parce que la population était moins nombreuse et nomade.

Bêcher son jardin avec un outil pour retourner la terre, une habitude tenace.
Bêcher son jardin avec un outil pour retourner la terre, une habitude tenace. Mais les pratiques évoluent. Attention à votre dos, mon bon monsieur. Nous avons une solution pour vous.

Quelles sont les conséquences de labourer le sol ?

Même si à court terme, le retournement permet la minéralisation. C’est à dire la mise à disposition des nutriments du sol, les conséquences du retournement sont désastreuses à long terme. Même en culture écologique, cette pratique entraînera la chute d’un bon sol. En effet le taux de MO peut passer de 5% à 1% en quelques années de mauvaises pratiques. C’est d’autant plus important en maraîchage ou la restitution au sol des cultures est faible. Et d’autant plus s’il s’agit d’une culture de racines tel que carotte, betterave, navet, céleri rave, etc. En effet dans ces cas, la quasi intégralité de la production est exportée pour être vendue et consommée.

Quel est le processus naturel de la nature ?

Je m’explique. Dans la nature, et on le comprend en observant la forêt, la fertilité de la terre vient de la matière organique qui tombe sur le sol. Elle est essentiellement composée de cellulose et de lignine. Cette couche isolante joue aussi le rôle d’amortisseur pour la pluie. Celle-ci permet donc à la terre de se protéger du froid d’hiver et de la chaleur excessive d’été.  Ce matelas empêche aussi la pluie ou la grêle de tomber directement sur la terre. Sans celui-ci, il risque de se créer une croûte de battance qui va asphyxier le sol et entraîner l’eau par ruissellement. Cet écoulement emmènera avec lui la fine couche superficielle fertile. Et il finira, où çà ? Dans les fleuves et les rivières vers la mer où il génère à certains endroits des concentrations d’algues vertes.

Guide pratique "mon jardin malin"Mais il existe une autre façon de faire pour les jardinier et les agriculteurs soucieux de garder la fertilité de leur terre sur le long terme. C’est d’ailleurs la dégradation de cette matière organique posée sur le sol qui créer la fertilité de la terre si on l’accompagne de la bonne façon. Vous trouverez pleins d’informations sur ce sujet dans le guide pratique à télécharger “mon jardin malin”.

Mais alors, retourner la terre dure du jardin, bonne ou mauvaise habitude ?

Retourner la terre argileuse et compacte est une pratique habituelle au jardin ou dans les champs. Les agriculteurs utilisent encore souvent une charrue pour labourer la terre avant la mise en place d’une culture ?

Dans cette page nous allons voir pourquoi les jardiniers et les paysans ont commencé à labourer la terre, et pourquoi certains en reviennent. En effet, au potager l’utilisation d’une bêche classique pour préparer une parcelle renverse les différentes couches agglomérée de terre. De plus, son utilisation peut occasionner ou déclarer un mal de dos parfois chronique chez le jardinier. Est-ce un mal nécessaire ?

Après le détail des problèmes pour la terre et pour le jardinier qu’occasionne le retournement du sol, nous allons dévoiler ici un outil. Un appareil à utiliser manuellement pour retourner la terre dure de son jardin ou de son champ facilement et utilement.

Quel que soit votre souhait de machine pour retourner la terre, (motoculteur manuel ou mécanisé, motobineuse ou rotavator), lisez ceci.

Quel que ce soit l’outil de travail du sol envisagé : motoculteur, motobineuse, rotavator ou charrue, pour démarrer un jardin potager ou installer une pelouse, voici comment retourner la terre sans motoculteur, à la main.

Utiliser une machine pour retourner la terre, tel qu’un motoculteur avec une charrue ou un appareil tel qu’une motobineuse aura pour effet d’enfouir la matière organique. Alors que les décomposeurs sont en surface. Cet enfouissement, facilité par cette mécanique, nuira à la fertilité du sol. En effet, si cet apport est très carboné, il pompera l’azote contenu dans la terre du jardin pour sa dégradation en défaveur des légumes. Pire, si l’enfouissement est trop profond pour qu’il se décompose, il provoquera un déchet organique dont les verres de terre ne saurons que faire car trop carboné pour être digéré par eux.

Si au contraire, les matières enfouies sont en majorité composées d’azote, cela entraînera de la putréfaction. Un bon indicateur est donc de sentir sa terre. Cette terre pourrie sentira mauvais et les maladies et mauvaises herbes indésirables mais correctrices arriveront…

Autres problèmes créé par les engins de type motoculteurs, si vous avez dans votre sol des racines de chiendent ou liseron, elles seront coupées en petits morceaux qui feront autant de repousses. Le problème sera donc multiplié. Les verres de terre seront eux coupés en deux et vont mourir. Quand on sait que les vers de terre vivent 5 ans et qu’ils sont adultes à 2 ans. On risque de décimer leur population.

Outil pour retourner la terre
Voici l’outil qui permet de bêcher un jardin rapidement et facilement sans mal de dos. Il suffit de travailler la terre du potager sans le retourner avec une machine, mais avec une grelinette efficace. C’est une sorte de motoculteur manuel très efficient qui coûte bien moins cher à l’achat et à l’utilisation.

Cultiver avec un minimum de travail du sol, c’est possible

Une règle générale à toujours avoir en tête : ne jamais enterrer de matière organique. Dans la forêt, rien n’est inséré dans le sol, tout apport est poser sur le sol et cela pousse tout seul, sans rien d’autre à ajouter.

Pour les agriculteurs soucieux de préserver leur sol, on parle d’agriculture dite de conservation*. Le travail du sol se fait de moins en mois souvent. A terme, le non-travail mécanique est remplacé par des couverts végétaux qui ne sont jamais enfouis. Les organismes du sol vont faire le travail d’aération en se déplaçant dans cette litière nourricière. Ce travail va générer de l’azote indispensable au développement des végétaux.

Mais pour les jardiniers qui souhaitent installer un potager ou une pelouse, l’objectif est de préparer le sol pour semer ou repiquer sans utiliser de pesticides. sans mélanger les différentes couches de terre. Car si on remet en surface les argiles de profondeur, le stock de graines qui l’accompagne va trouver les conditions propices pour leur germination. En effet les déclencheurs de la levée de dormance sont un choc ou la proximité de la lumière ! Ces fines particules vont également être exposées au bombardement de la pluie qui va les coller les unes aux autres. Cette pellicule étanche ne laissera plus l’eau s’y infiltrer et ni à l’air d’y pénétrer.

Une grelinette ? A quoi çà serre à part au mots fléchés.

La grelinette, un outil magique pour aèrer la terre à la main sans mélanger les horizons

Pour les jardiniers qui souhaitent installer un potager ou une pelouse, l’objectif est de préparer le sol pour semer ou repiquer sans utiliser de pesticides. sans mélanger les différentes couches de terre. Car si on remet en surface les argiles de profondeur, le stock de graines qui l’accompagne va trouver les conditions propices pour leur germination. En effet les déclencheurs de la levée de dormance sont un choc ou la proximité de la lumière ! Ces fines particules vont également être exposées au bombardement de la pluie qui va les coller les unes aux autres. Cette pellicule étanche ne laissera plus l’eau s’y infiltrer et ni à l’air d’y pénétrer.

Comment utiliser une grelinette pour préparer le terrain

Voici donc comment utiliser une grelinette. C’est la solution pratique utilisée aussi bien par les jardiniers ainsi que les maraîchers sur petite surface. Ils “grelinent” leur terre. Cet outil permet d’aérer le sol sans le mélanger. Le nom de cet outil grelinette, vient du patronyme d’André Grelin qui l’a inventé dans les années 50.

(Désolé pour le son en début de vidéo, cela ne dure pas.)

Décomposition du mouvement d’utilisation de la grelinette

  • Tout d’abord enfoncer l’outil de jardin Grelinette avec les bras tendus vers l’avant et les dents droites vers le sol.
  • Ensuite tirer vers soit et dépasser l’axe du corps pour avoir le maximum de rotation et permettre aux dents un meilleur déplacement et soulever le sol de quelques centimètres.
  • Ensuite éventuellement secouer de droite à gauche. Certains modèles avec arceau facilitent de mouvement.
  • Pour recommencer le mouvement, sortir les dents du sol sans soulever l’outil et reculer de 10cm.

La terre ainsi ameublie sera prête pour un développement optimal des racines. C’est la méthode utilisée de plus en plus pour la préparation des terres potagères et maraîchères aux semis ou au repiquage. Une fois la culture en place ou quand les semis auront levés, pailler la terre avec du gazon sec, des feuilles mortes, du BRF (bois raméal fragmenté) ou des cartons. La Terre sera ainsi protégée des pluies. Cela permettra un compostage à froid, c’est le meilleur ! Cette couverture du sol permet de passer plus facilement les périodes de sécheresse qui sont de plus en plus fréquentes. Vous pouvez arroser un peu pour que la dynamique soit bien lancée. Biner ou sarcler est parfois indispensable pour désherber si le paillage n’est pas suffisant.

Seul inconvénient d’un paillage conséquent, c’est l’habitat préféré des limaces. Mais un léger binage ou sarclage avec une binette vaudra ensuite deux arrosages comme dit le dicton. Et en bonus, il permettra l’assèchement des œufs de gastéropodes.

Dans cette autre page, je vous détaille quand passer la grelinette.

En conclusion, greliner est une bonne solution pour jardiner en terre compacte et argileuse

L’ouverture du sol avec cette machine simplifiée pour retourner la terre permet à l’air et l’eau de s’infiltrer. C’est ainsi que la vie s’y développe occasionnant une meilleure fertilité du sol. C’est aussi un gage de bonne santé pour les végétaux qui vont y croître.

Une terre ainsi aérer sera moins propice au développement des adventices (mauvaises herbes) qui sont là toujours pour corriger les désordres et aider la terre dans une démarche d’aggradation du sol. C’est à dire aller vers la fertilité naturellement. Dans le cas d’une installation d’une pelouse, cela évitera les pissenlits et autres herbes à racines pivot qui ont pour but de décompacter le sol.

> Découvrez ici notre comparatif de grelinettes.

Comparatif de grelinettes

Fini la corvée de bêcher un jardin, plus de mal de dos. La grelinette forgée est un outil utilisable par tous. Il suffit de choisir la bonne largeur et donc un nombre de dents en rapport avec la force du jardinier.

  • Je greline !
  • Tu grelines ?
  • Il, elle, on greline
  • Nous grelinons
  • Vous grelinez
  • Ils, Elles grelinent

La conjugaison aux autres temps est disponible ici sur Wiktionary.


Crédit photos : Alex (fotolia.com) / Abéguilé (CRSI)

3 réflexions au sujet de « Comment retourner la terre et quel outil ou machine utiliser ? »

  1. Bonjour,
    Nous faisons l’acquisition d’un terrain pour y faire du maraîchage. Nous voudrions préparer le sol sans retourner la terre.
    Je ne sais pas vraiment comment bien l’expliquer par écrit mais le terrain est recouvert de hautes herbes. Comment faire alors pour avoir uniquement de la terre sans retirer ces hautes herbes. Je pensais tondre mais après ? Il restera toujours ces hautes herbes mais courtes une fois tondues ! Merci pour votre réponse.

    1. Bonjour Virginie,
      Effectivement une fois tondues les grandes herbes seront toujours dans le sol au repos durant l’hiver et repartiront au printemps.
      L’idée est de les priver de photosynthèse pour qu’elles disparaissent.
      On peut utiliser pour cela deux méthodes.
      – Une bâche tissée d’un grammage de 130g/m². Elle laisse passer l’eau mais ne nourrit pas le sol. Je le déconseille en hiver car elle risque de laisser passer des herbes pendant les quelques mois qui seraient nécessaire pour une action efficace. De plus cela n’engraisse pas la terre car il n’y a rien à manger en dessous. Cette méthode est efficace essentiellement durant la période active de la végétation en la privant de soleil au moment où elle en a besoin pour sa croissance.
      – Une couverture végétale de type foin, paille, brf, ou tout autre type de matière organique.
      Malheureusement en hiver, la végétation est au repos et l’effet sera minime concernant la destruction des herbes.
      Par contre, le sol s’enrichira progressivement pour un démarrage en cours de printemps une fois que les herbes auront été étouffées et le sol ainsi nettoyé. Plus le paillage est riche en carbone et plus il permettra d’apporter de l’azote dans le sol sous l’effet des la faune et des bactéries. Ne pas hésitez pas mettre une couche importante et éventuellement semer des légumineuses qui activeront la vie microbienne du sol autour de leurs racines.
      Un léger coup de grelinette à l’automne permettra de désolidariser les herbes en coupant leurs racines profondes. Un passage plus important au printemps permettra de mettre route la minéralisation du sol et d’intégré la matière en décomposition avancée dans les premiers centimètres du sol afin de nourrir les légumes. Ce deuxième passage permet de faire rentrer l’air dans le sol ce qui lui permet de se réchauffer plus vite au printemps afin que les cultures démarrent plus vite.
      J’espère avoir répondu en partie à votre question.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *